Antoine Le Roux
lerouxtoine@gmail.com


_

Né en 1984 à Rennes en France, je me tourne vers la photographie après des études de littérature. Diplômé de l’École nationale supérieure Louis-Lumière, je poursuis depuis de nombreuses années un projet aux vastes implications sur les sociétés romani, aussi bien dans le champ de la photographie documentaire que de la recherche. Les explorations entreprises à travers les archives visuelles de l’écrivain rom Matéo Maximoff m’amène à publier en 2017 dans différents ouvrages (la revue scientifique Études tsiganes, ou encore Présences tsiganes, ouvrage dirigé par Ilsen About et Marc Bordigoni). Mon travail photographique à propos des sociétés romani a quant à lui été exposé à plusieurs reprises en France. Il me donne l’occasion de questionner, avec et parfois sans leurs voix, l’empire des représentations que nous projetons sur eux et aussi ce que ces représentations disent de nous.

En outre, la quête d’un mode de vie plus sobre me conduit depuis récemment à aborder les questions soulevées par l’ère de l’anthropocène. La relation des êtres humains à leur milieu se trouve au coeur de mes interrogations. Comme en témoigne mon premier livre, Land of quiet birds, l’essentiel porte sur la dimension magique de tout document photographique, à sa possibilité de faire apparaître, des couches les plus profondes du temps, le caractère fragile de notre appartenance à l’univers et la nature changeante de toute chose.

Je travaille et réside en France.
_

Born in France in 1984, I decided to focus on photography after a cycle of literature studies. A graduate of Louis-Lumière National school for photography, film and sound engineering, in Paris, I have been pursuing for several years a large scale project about romani worlds, using both academic research and documentary photography in my approach. In 2017, repeated explorations of Roma writer Matéo Maximoff’s visual archive has led me to publish in various publication (the periodical Études tsiganes, as well as in an extensive book, directed by Ilsen About and Marc Bordigoni, Présences tsiganes). As for my photographic work about romani worlds, it has been displayed at several occasions nationally. Through participative processes at time, these proposals give me an opportunity to question the influence of how we project certain images on them and what those representations tell us about ourselves.

In addition, issues raised by the Anthropocene Era have emerged recently, as part of a simpler way of life, where the relation between human kind and its milieu is specifically challenged. Most importantly, as seen in my first book, Land of quiet birds, I believe that the magical nature of a photographic document has the power to reveal, from the depths of time, the fragility of our belonging to the universe and the ever changing character of all things.

I work and live in France.