« Rom » signifie « homme d'ethnie romani » ou « mari » selon les variantes de la langue romani. Les Roms sont – avec les Sintés et les Kalés, plus généralement connus sous les noms de Manouches et Gitans – une des trois grandes branches des Roms (terme générique qui désigne également l’ensemble de ces peuples). On les trouve essentiellement dans les Balkans ainsi qu’en Europe centrale et orientale.



La présence des « camps illicites » de Roms dans le paysage urbain se présente aujourd’hui comme un fait acquis. Installés aux abords du périphérique, le long de ses voies d’accès ou encore entre deux bretelles d’autoroute, symptomatiques de ces territoires banals et médiocres, comme les appellent Gabriele Basilico, ces bidonvilles investissent discrètement notre champ de vision.

Oscillant entre le livre d’artiste et l’installation, Démantèlement s’efforce de questionner – de mettre en « danger » – notre perception de ce paysage du quotidien où la présence de ces camps ne surprend plus tout en continuant pourtant de se dérober à notre acuité visuelle. Préservé du moindre à-coups, le lecteur/spectateur est invité à prendre les commandes. Il avance patiemment, au rythme des approximations successives, à travers ce paysage familier au cœur duquel subsiste néanmoins une faille.

Démantèlement a été présenté pour la première fois dans le cadre de l’exposition 4 : 33 – installations photographiques des étudiants de Louis-Lumière le 3 décembre 2013 au Point Éphémère à Paris.